gestion des eaux pluviales micropolluant métrologie-mesure matériaux état des lieux
A
Études
Assainissement
Ressources en eau et milieux aquatiques
TSM 12 2019 - Page(s) 197-219

Priorisation des biocides émis par les matériaux de construction en vue de leur surveillance dans le milieu aquatique

Prioritization of leached biocides from building materials towards aquatic environment monitoring

Résumé

Ces dernières années, la notion de priorisation des substances à surveiller dans le milieu a émergé en raison de la diversité des composés. En effet, 100 000 substances sont référencées en Europe. Mais la priorisation des micropolluants est complexe de par les contextes très variés des différentes études, la diversité des critères de sélection possibles, les difficultés analytiques de leur suivi, etc. Les biocides sont des micropolluants encore peu suivis dans l’environnement malgré leur forte toxicité pour les organismes aquatiques et leurs nombreuses utilisations (plus de 800 couples substance/type de produit sont enregistrés en vertu du Règlement des produits biocides), notamment en milieu urbain: désinfectants, conservateurs dans les produits cosmétiques ou dans les matériaux de construction, pesticides, etc. Parmi les sources urbaines de contamination du milieu récepteur par les biocides, ce travail s’est intéressé aux rejets urbains de temps de pluie (eaux pluviales, déversoirs d’orage) qui se contaminent en ruisselant sur les surfaces urbaines telles que les bâtiments. En effet, des biocides sont ajoutés dans les matériaux de construction pour les protéger contre la croissance de micro-organismes à leur surface. Un exercice de priorisation des biocides a été conduit sur une liste de 25 biocides couramment utilisés dans les matériaux de construction afin de sélectionner des substances d’intérêt. Ces derniers ont été hiérarchisés en fonction de plusieurs critères liés à leurs émissions dans l’environnement, à l’exposition des populations aquatiques ainsi qu’à leur écotoxicité. Pour chacun des critères, un score entre 1 et 10 a été attribué en fonction du risque. Vingt biocides ont donc été sélectionnés comme pertinents à suivre dans le milieu.

Abstract

In recent years, because of the large number of compounds and their diversity, the concept of prioritization of substances for which monitoring in the aquatic environment is needed emerged. Indeed, 100,000 substances are registered in Europe. However, contexts are very different from a study to another, many selection criteria are possible and water monitoring could be limited by insufficient analytical tools, which make the prioritization of micropollutants difficult. Biocidal substances are very toxic to aquatic organisms and their uses are numerous (more than 800 substance/product type couples are registered under the Biocidal Product Regulation), in particular in urban areas where they are used as disinfectants, pesticides, preservatives in cosmetics or building materials, etc. However, they are still poorly monitored in waters. Among the urban transports of micropollutants into natural receiving waters, this work focused on urban discharges during wet weather (stormwater and combined sewer overflows), which are contaminated by runoff on urban surfaces, such as buildings. Indeed, biocides are often added to building materials (paints, renders, etc.) in order to protect them from the growth of microorganisms on their surfaces. In order to select substances of interest, prioritization was conducted on 25 biocides, which are commonly used in building materials. They were prioritized according to several criteria related to their emissions in the environment, to the exposition of aquatic populations and to their ecotoxicity. For each criterion, a risk-based score between 1 and 10 was assigned. Twenty biocides were fnally selected as relevant to monitor in the aquatic environment.

Mots clés : bâtiments, biocides, eaux pluviales, Micropolluants, milieu urbain, milieu récepteur, surveillance
Keywords : buildings, biocides, micropollutants, Monitoring, receiving waters, stormwater, urban areas
https://doi.org/10.36904/tsm/201912197

1,2 Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes urbains (Leesu) – Marne-la-Vallée
1,3 Laboratoire central de la préfecture de police (LCPP) – Paris
4 Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes urbains (Leesu) – Créteil

Dans TSM et sur le même thème
Articles parus dans les cinq dernières années
Acheter l'article 16,00 ou 16
Article paru dans TSM 12 2019
Consulter tout le numéro
Également au sommaire de ce numéro